Les Saintes Écritures

Ce en quoi nous croyons > Les Saintes Écritures

La Bible est le livre contenant les écritures sacrées du peuple de Dieu de l’Ancien et du Nouveau Testaments. On appelle aussi ces écritures Ancienne et Nouvelle Alliances.

Le Peuple de Dieu de l’Ancien Testament était le peuple hébreu, les descendants d’Abraham, Isaac et Jacob, ce dernier renommé par Dieu Israël (Genèse 32:28). Plus tard, on a aussi donné le nom de Juifs à ce peuple (un terme qui fait référence à la tribu de Juda). Le peuple juif demeure à jamais le peuple élu car c’est de lui que « selon la chair », le Christ, le Fils de Dieu est né (Romains 9:5). Ce Fils de Dieu est Jésus de Nazareth, le Messie-Roi d’Israël et le Sauveur du monde (voir Matthieu 1:2, Luc 1:2 Romains 8:3, Galates 4:4, Hébreux 1:5). Les écrits de l’Ancien Testament du Peuple d’Israël ont toujours été appelées « Les Écritures » et ils demeurent à jamais la parole de Dieu pour tous ceux qui croient en Dieu et qui désirent connaître Sa divine Vérité, ainsi qu’accomplir Sa divine Volonté. Bien que Dieu ait conclu une alliance avec Noé (Genèse 9:8-17) en faveur de l’humanité, la principale alliance qui exerce une influence dans la majeure partie de l’Ancien Testament est celle que Dieu conclut avec Abraham (Genèse 15,17).

Le prophète Jérémie a écrit que le Seigneur se préparait à conclure une nouvelle alliance avec Son Peuple : « Voici venir des jours, déclare le Seigneur, où je conclurai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l'alliance que j'ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d'Égypte : mon alliance, c'est eux qui l'ont rompue, alors que moi, j'avais des droits sur eux. Mais voici quelle sera l'alliance que je conclurai avec la maison d'Israël quand ces jours-là seront passés, déclare le Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d'eux-mêmes ; je l'inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n'auront plus besoin d'instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands, déclare le Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. » (Jérémie 38:31-34) .

Le Peuple de Dieu du Nouveau Testament (Nouvelle Alliance), ce sont les Chrétiens – ceux qui croient en Jésus comme « Christ, le Fils du Dieu vivant » et qui appartiennent à l’Église qu’Il a fondée sur la foi en Lui (voir Matthieu 16:13-20). Le Peuple de Dieu du Nouveau Testament a aussi des écritures qui rendent témoignage au Christ et qui sont considérées comme étant la parole de Dieu. Elles comprennent les quatre Évangiles, plusieurs épîtres (lettres) et une Apocalypse. Ainsi, comme livre ou collection de plusieurs livres, la Bible se divise en deux parties. Elle contient, d’une part, les écrits de l’Ancien Testament qui préparent le monde à la venue du Christ et, d’autre part, ceux du Nouveau Testament qui rendent témoignage de ce fait, à savoir que le Christ est venu et a sauvé le monde.

La Bible est considérée comme étant la parole écrite de Dieu. Cela ne signifie pas que la Bible soit tombée du ciel toute écrite, ni que Dieu ait dicté la Bible mot à mot à des hommes qui n’étaient que Ses instruments passifs. Cela signifie plutôt que Dieu S’est révélé comme vrai Dieu vivant à Son Peuple. Une des conséquences de cette divine révélation de Soi-même est que Dieu a inspiré à Son Peuple la production des écritures, c’est-à-dire des écrits qui constituent la vraie et authentique expression de Sa Vérité et de Sa Volonté pour Son Peuple et pour le monde entier.

Les mots de la Bible sont des mots humains, car tous les mots sont humains. Cependant, ce sont des mots humains dont Dieu Lui-même a inspiré l’écriture, afin que demeure un témoignage écrit à Son sujet. En tant que mots humains, les mots de la Bible présentent toutes les caractéristiques de ceux qui les ont écrits, ainsi que de la culture et de l’époque où ils ont été écrits. Néanmoins, dans toute l’intégrité de leur condition et forme humaines, les mots de la Bible sont en vérité la parole même de Dieu.

Parce qu’elle tire son existence non de l’homme mais de Dieu, la Bible est, sous une forme humaine, la parole de Dieu qui a voulu et inspiré sa création. En ce sens-là, la Bible ne ressemble à aucun autre livre. Dans la Bible, on retrouve, dans et à travers les mots des hommes, la révélation que Dieu fait de Lui-même et on peut parvenir à une connaissance vraie et authentique de Dieu, de Sa volonté et de son plan à l’égard de l’homme et de l’univers. Dans et par la Bible, les êtres humains peuvent entrer en communion avec Dieu.

Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. (2 Timothée 3:16-17)

Selon la foi de l’Église orthodoxe, la Bible, comme parole de Dieu divinement inspirée et exprimée dans les mots des hommes, ne contient pas d’erreurs formelles ou de contradictions internes concernant la relation entre Dieu et le monde. Parce que ce sont des êtres humains qui l’ont écrite, il peut apparaître dans la Bible des inexactitudes accidentelles d’un genre non essentiel. Mais le message éternel, spirituel et doctrinal de Dieu, tel qu’il y est présenté de différentes façons, demeure parfaitement consistant, authentique et vrai. Dieu s’est Lui-même révélé à nous (Psaume 117/118:27) dans l’histoire. Il est toujours le même. Il est toujours amour (voir 1 Jean 4:16). Les écrivains de la Bible l’ont écrite sur une période de plusieurs centaines d’années. Nous pouvons y voir le seul et même Seigneur Dieu s’adresser à nous par leur intermédiaire.

La Bible a de nombreux auteurs humains différents. Certains de ses livres ne donnent aucune indication quant à leur auteur. D’autres portent les noms de ceux à qui nous en attribuons la paternité. En certains cas, il est parfaitement clair que l’auteur a écrit le livre de sa main. En d’autres cas, il est tout aussi clair que l’auteur a dicté le livre à un autre faisant office de secrétaire. En d’autres cas encore, la tradition de l’Église, assez souvent sur l’avis d’érudits en matière biblique, indique que l’auteur présumé d’un livre particulier n’est en fait pas celui (ou ceux) qui l’a (ont) écrit, mais bien celui qui a inspiré à l’origine son écriture et dont le nom a été retenu comme désignant l’auteur du livre.

Dans un certain nombre de cas, la Tradition de l’Église ne se prononce pas avec certitude sur la paternité de certains livres de la Bible et en plusieurs cas, les exégètes bibliques mettent de l’avant de nombreuses théories à propos des auteurs pour en discuter ensuite entre eux. Cependant, il est impossible de déterminer la paternité des livres de la Bible par simple mode d’érudition, les études historiques et littéraires étant relatives par nature. On peut davantage se fier au témoignage des premiers Pères de l’Église, ces Pères ayant vécu peu de temps après l’écriture des livres du Nouveau testament.

Parce que l’Église orthodoxe enseigne que toute la Bible est inspirée par Dieu Qui, en ce sens-là, en est le seul auteur, la Tradition ecclésiale considère que l’identité des auteurs humains est d’importance secondaire, lorsqu’il s’agit de donner à la communauté des croyants l’interprétation correcte et le sens véritable de ces livres. En aucun cas, l’Église n’admettra que l’identité de l’auteur détermine l’authenticité ou la validité d’un livre compris dans la Bible et jamais elle n’admettra que la valeur ou que l’interprétation et usage corrects dans l’Église d’aucun des livres de la Bible ne dépende que de son auteur humain seul.

La Bible est le livre des saintes écritures pour le Peuple de Dieu, à savoir l’Église. Ce livre a été produit dans l’Église, par et pour l’Église, sous l’inspiration divine et comme part essentielle de la pleine réalité de la relation d’alliance de Dieu avec Son Peuple. Il est véritablement Parole de Dieu pour ceux qui sont membres de l’assemblée des croyants choisis par Dieu, à savoir pour ceux de l’ancien Israël et pour ceux de l’Église du Christ, aujourd’hui et à jamais. La Bible vit dans l’Église. Elle prend vie dans l’Église et elle a son sens divin le plus profond pour ceux qui sont membres de la communauté établie par Dieu, communauté dans laquelle Il habite, et à laquelle Il s’est donné Lui-même, par Sa Parole et Son Esprit, en vue d’une participation, d’une communion et de la vie éternelle. Nul ne peut véritablement comprendre et interpréter correctement la Bible, s’il ne prend part à la plénitude de la vie et de l’expérience de cette communauté de foi qu’est l’Église du Christ, « la colonne et l'appui de la vérité » (1 Timothée 3:15).

Il faut tout d’abord comprendre qu’aucune prophétie de l'écriture n’est une question d'interprétation personnelle, car ce n'est pas d’une volonté humaine qu'est jamais venue une prophétie, c’est poussés par le Saint Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. (voir 2 Pierre 1:20)

Les érudits de la Bible peuvent nous aider à en comprendre le contenu et le sens divins. Grâce à leurs études archéologiques, historiques et littéraires, ils peuvent contribuer à mettre en lumière les mots de l’écriture. Mais à eux seuls et uniquement au moyen de leur travail académique, ils ne peuvent produire une interprétation correcte de la Bible. Seul le Christ, le Verbe vivant et personnel de Dieu, Lui qui vient du Père et qui vit en Son Église par le Saint-Esprit, peut faire connaître Dieu et donner la compréhension juste de la parole écrite de Dieu.

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité … car la loi a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître. » (Jean 1:1-18)

Seul Jésus Christ, le Verbe de Dieu ayant pris chair humaine, peut faire connaître Dieu. Et Jésus, en plus d’être Lui-même l’incarnation divine de Dieu, l’accomplissement vivant de la loi et des prophètes (voir Matthieu 5 :17), est aussi Celui par qui la Bible est interprétée de manière juste.

« Alors [ressuscité d’entre les morts] il leur dit : « Ô hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu'il entrât dans sa gloire? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait. (Luc 24:25-27)

« Puis il leur dit : « C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures. » (Luc 24:44-45; voir aussi Jean 5:45-47)

Jésus Christ demeure à jamais dans Son Église par le Saint Esprit pour ouvrir nos esprits à la compréhension de la Bible (voir Jean 14:26, 16:13). C’est seulement dans l’Église du Christ, communauté de foi, de grâce et de vérité, que nous pouvons, remplis de l’Esprit Saint, comprendre le sens et le but des saints mots de la Bible. C’est pourquoi, parlant de ceux qui ne croient pas en Jésus comme Messie, l’Apôtre Paul nous dit que lorsqu’ils lisent la Bible, un « voile » leur en dissimule le vrai sens « parce que c’est en Christ seulement que le voile disparaît » (2 Corinthiens 3:14).

« Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs; mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. Or, le Seigneur c'est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous [c’est-à-dire, ceux qui croient en Christ] qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. C’est pourquoi, nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n’avons point une conduite astucieuse, et nous n’altérons point la parole de Dieu. Mais, en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d’homme devant Dieu. Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. » (2 Corinthiens 3:15-4:4)

Dans le Nouveau Testament, le Christ ne donne pas seulement l’interprétation correcte de la Bible, mais Il permet aussi aux croyants eux-mêmes d’être directement illuminés par le Saint Esprit et de devenir eux-mêmes « une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs. » (2 Corinthiens 3:3) Ainsi est accomplie cette prédiction de l’Ancienne Alliance, à savoir qu’au temps du Messie « ils seront tous enseignés de Dieu » (Jean 6:45) par l’inspiration et l’instruction directe de Dieu (Jean 6:45, Isaïe 54:13, Ézéchiel 36:26, Jérémie 38:31, Joël 3:1-2, Michée 4:2, etc.). Ce n’est qu’au sein de la Tradition vivante de l’Église, placée sous l’inspiration directe de l’Esprit du Christ, que l’on parvient à l’interprétation correcte de la Bible.